Activision défend ses cadres sur la question du harcèlement

Mise en ligne le Friday 17 June 2022 à 14:49 Par Denily
Facebook

Activision Blizzard clame qu'"il n'y a pas de preuves" quant au fait que les cadres auraient ignoré le harcèlement dont étaient victimes les employés.

Quelques mauvais fruits Wompa

Une enquête interne sur Activision Blizzard a conclu qu'"il n'y avait pas de preuves" qui suggèrent que les dirigeants de l'entreprise ont intentionnellement ignoré ou minimisé le harcèlement de ses employés. Le rapport, conduit par le conseil d'administration de la société, déclare également qu'il n'y a jamais eu de "problème systématique" de harcèlement ou de discrimination.

Quelles sont les trouvailles de cette nouvelle investigation Activision?

Depuis qu'un rapport sur un milieu de travail toxique chez Activision a émergé pour la première fois en juin 2021, beaucoup d'employés, certains actuels et d'autres formés, se sont manifestés pour décrire le harcèlement sexuel et la discrimination auxquels la compagnie faisait face. Désormais, une enquête Activision a conclu que ce harcèlement n'est pas "généralisé". Il n'y a pas de preuves suggérant que les cadres supérieurs l'ont intentionnellement ignoré ou minimisé. Le rapport reconnaît qu'il y a "quelques cas avérés" de harcèlement, mais que cela est dû à une "très petite portion" des employés et qu'il n'y a pas de problèmes systématiques avec le harcèlement dans la compagnie.

Malgré les rapports généralisés de harcèlement au sein du personnel de développement de jeux comme World of Warcraft, un nouveau rapport Activision interne est intransigeant sur le fait que la discrimination au sein de la compagnie n'est pas généralisée.

En plus de l'enquête interne, Activision a aussi engagé les services de Gilbert Casellas, l'ancien président de la Commission américaine pour l'égalité des chances en matière d'emploi afin d'analyser les résultats. Non seulement Casellas a trouvé qu'il n'y avait "pas... de harcèlement systématique à Activision Blizzard" entre Septembre 2016 et Décembre 2021 (le laps de temps couvert par l'enquête), mais apparemment, "la quantité de mauvaises conduites est comparativement faible" pour une compagnie de la taille de ABK. Il convient de noter que Casellas n'a pas personnellement enquêté sur Activision Blizzard et qu'il n'a pas parlé aux employés. En revanche, il a jeté un œil aux données de l'investigation interne d'Activision. Cela a été commandé par les membres du conseil d'administration de la société, afin de tirer ses conclusions.

Pour sa défense, Activision Blizzard dit qu'elle a été victime d'un "barrage incessant de critiques des médias" qui ont aussi entaché des "employés innocents" avec la brochette d'accusations. La société décrit la poursuite du DFEH, qui est juste l'une des poursuites actuellement active contre Activision, comme "hautement inflammatoire" et "faite pour la presse". Activision met en avant des initiatives positives pour traiter les questions du genre au sein de l'entreprise, comme une "meilleure transparence" sur l'équité salariale et une nouvelle politique de "tolérance zéro" en matière d'alcool, comme preuve supplémentaire que l'entreprise s'améliore en matière de harcèlement. Non pas qu'elle pense qu'il n'y ait jamais eu de sérieux problèmes de harcèlement à traiter.

Quelle est la chronologie des accusations de harcèlement chez Activision?

Les rapports de la culture du milieu de travail toxique chez Activision Blizzard a d'abord émergé en Juillet 2021. Après ça, d'autres allégations ont émergé du côté des hauts placés de la compagnie, y compris certaines accusations placées contre le PDG Bobby Kotick. Des grèves d'employés et des enquêtes d'organismes civiques ont suivi, ainsi que les efforts des membres du personnel pour se syndiquer (ce qu'Activision Blizzard a récemment reconnu, alors que l'entreprise aurait tenté de faire du syndicalisme en janvier). Au centre de ces allégations, et probablement en grande partie à cause de la chute du prix des actions qu'ils ont provoqués, Microsoft a acheté Activision Blizzard pour un prix record de 68.7 billions de dollars plus tôt cette année. Supposément, Bobby Kotick va rester sur sa position comme PDG de l'entreprise. Bien qu'il y ait eu des murmures de plus en plus bruyants que Kotick ne gardera pas sa position après l'acquisition (bien qu'il soit extrêmement peu probable qu'il soit renvoyé).

Activision aurait tenté de faire échouer la tentative de syndicalisation du studio de Call of Duty: Black Ops Cold War, Raven Software, plus tôt cette année.

Nous verrons ce que l'avenir réserve à Activision Blizzard. Retournons en Avril, l'acquisition de Microsoft a été approuvée par les actionnaires d'ABK, même si l'accord ne devrait pas être conclu avant un an environ. Lorsque ça arrivera, il y a des suggestions quant à ce que Activision pourrait améliorer; les employés de l'entreprise semblant apparemment optimistes à propos de l'accord, bien que certains soient inquiets d'être licenciés suite à la restructuration. Une chose est sûre cependant : ce dernier rapport d'enquête ne risque pas d'influencer la stratégie du groupe.

Activision Blizzard a été lourdement critiqué sur les allégations d'un lieu de travail toxique et de harcèlement sexuel. Ces critiques viennent de plusieurs trésoriers d'États américains, les dirigeants de PlayStation et de Xbox, ainsi qu'un groupe d'actionnaires activistes, parmi beaucoup d'autres. La compagnie est aussi entraînée dans des poursuites, des conflits de syndicalisation avec le personnel et des conflits avec les agences gouvernementales.

Traduction - TechRaptor

Actualités actualites