La dépendance aux jeux sera classée comme maladie par l’OMS en 2022

Lors d’un vote récent, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement approuvé la classification de la dépendance aux jeux vidéo, ou trouble du jeu, en tant que maladie. Le vote à l’unanimité signifie que les troubles du jeu seront officiellement ajoutés aux révisions de la Classification internationale des maladies, connue sous le nom de CIM, et entreront en vigueur le 1 janvier 2022.

La dépendance aux jeux sera classée comme maladie par l'OMS en 2022

La CIM-11, la version récemment adoptée de la CIM, définit le trouble du jeu comme un ensemble de comportements de jeu persistants ou récurrents, pouvant être en ligne ou hors ligne et qui se manifestent par :

  1. altération du contrôle du jeu (apparition, fréquence, intensité, durée, terminaison, contexte, etc.);
  2. priorité croissante accordée au jeu dans la mesure où le jeu prime sur les autres intérêts de la vie et les activités quotidiennes ;
  3. poursuite du jeu malgré la survenue de conséquences négatives. Le type de comportement est suffisamment grave pour entraîner une altération significative du fonctionnement personnel, familial, social, éducatif, professionnel ou autre.

La définition décrit essentiellement la dépendance au jeu vidéo au point où l’individu commence à donner la priorité au jeu par rapport à d’autres tâches et nécessités – généralement caractérisé par une impulsion à jouer à des jeux vidéo plus que toute autre chose. Bien que le CIM ne soit pas nécessairement une loi, il s’agit d’un paramètre bien considéré par lequel les professionnels de la santé évaluent un patient et lui transmettent un diagnostic, ce qui signifie que le trouble du jeu nouvellement ajouté pourrait facilement s’appliquer à des patients qui présentent actuellement ces symptômes et que le médecin ne savait pas forcément identifier.

L’Entertainment Software Association, qui a créé l’ESRB, s’est opposée à la définition lorsque l’OMS a présenté ces changements l’année dernière. L’ESA a déclaré que les jeux vidéo ne provoquaient pas de dépendance et a exhorté l’OMS à «inverser la direction» sur la proposition de classification.

Fortnite est l’un des exemples les plus populaires que beaucoup de gens examinent lorsqu’ils discutent de la dépendance au jeu en raison de sa popularité parmi le jeune public. Une étude de l’année dernière a montré que les jeux vidéo pourraient être aussi addictifs que des médicaments ou des drogues pour certains publics, ce qui explique probablement pourquoi l’OMS prend des mesures pour poser les bases du traitement de ces troubles. Pour le moment, le diagnostique de la dépendance aux jeu vidéo n’est pas très présent, seul le temps dira si leur nombre augmentera grâce au nouveau classement qui entrera en vigueur en 2022.

Source – Organisation mondiale de la santé – CIM-11

Ecrire un Commentaire