Overwatch, HoTS, CS : GO, FIFA 18 : La Belgique dit stop aux Lootbox !

Overwatch, HoTS, CS : GO, FIFA 18 : La Belgique dit stop aux Lootbox !
5 (100%) 1 vote

Les achats en ligne en jeu sont sous le feu des projecteurs depuis un petit moment. Souvenez-vous, la polémiques avait enflée au moment de la sortie d’un jeu de l’éditeur Electronic Arts : Star Wars Battlefront 2, qui défrayait la chronique pour ses dépenses ingames complètement folles. De ce premier scandale s’en était suivi une chasse aux lootbox, aux skins payants, au contenu achetable qui mettait à mal l’égalité entre les joueurs. Mais Electronic Arts n’est pas le seul à subir les foudres des joueurs et des politiques, puisque Blizzard use aussi de lootbox dans Overwatch et HoTS, afin de vendre des cosmétiques aléatoires. Un système qui s’achève, en tout cas en Belgique.

Overwatch, HoTS, CS : GO, FIFA 18 : La Belgique dit stop aux Lootbox !

Lootbox & microtransactions : quand les politiques s’emparent du sujet

Les polémiques entourant l’usage récurrent des microtransactions, et plus particulièrement des lootbox, ces fameuses boites de butins au contenu aléatoires, et souvent payantes en argent réel, ne sont pas prêtes de s’apaiser. Pour preuve, les propositions de lois des législateurs de l’état d’Hawaï aux Etats-Unis d’Amériques visant à [...]


La Belgique met un coup d’arrêt au système de lootbox chez les gros éditeurs et touche directement à leur portefeuille !

C’est fait, l’annonce est tombée, la Belgique interdit la vente contre argent réel, de lootbox. Si vous ne savez pas ce qu’est une lootbox, on vous fait un petit rappel. Il s’agit d’une box contenant des cosmétiques aléatoires que vous achetez avec votre carte bancaire, mais que vous pouvez aussi gagner en jeu. Celles gagnées en jeu ne sont pas concernées par cette mesure comme vous vous en doutez, seuls celles vendues contre de l’argent réel le sont. En effet, on en avait déjà parlé, les lootbox cosmétiques achetables sont légion dans un très grand nombre de jeu mais elles créent, dans certains cas des petits soucis de législation.

À la demande du ministre de la Justice, Koen Geens, la Commission des jeux a mené une enquête approfondie sur les «boîtes à butin» dans les jeux vidéo. Les joueurs peuvent acheter une «boîte à butin» contre paiement – ce qui peut leur donner un avantage dans le jeu – sans connaître leur contenu à l’avance. La Commission des jeux estime désormais qu’il s’agit d’au moins trois jeux vidéo en violation de la législation sur les jeux. «Un entretien avec le secteur est imminent. Ce sont souvent les enfants qui entrent en contact avec de tels systèmes et nous ne pouvons pas le permettre », déclare le ministre de la Justice, Geens. Communiqué de presse

Microtransactions : Le chiffre d’affaire a plus que doublé depuis 2012

Alors que les microtransactions ne cessent de faire parler d’elles depuis le scandale d’EA et du coût des personnages en jeu pour Star Wars Battlefront II, le secteur ne s’est, quant à lui, jamais aussi bien porté ! Malgré les controverses et les débats animés sur le sujet, il se trouve que le chiffre d’affaire généré par ce système est en [...]


Vous n’êtes pas sans savoir que les jeux de hasard sont régis par des lois, en France par exemple, on ferme les yeux sur les lootbox et leur aspect aléatoire, mais en Belgique, cet aspect n’est pas mis de côté. Une lootbox doit afficher clairement son contenu et donc mettre de côté son aspect aléatoire. Et ce n’est pas une « lubie« , il s’agit d’une décision prise au regard de la loi. En effet, la commission des jeux a déclaré le système de microtransactions avec achat de packs aux contenus aléatoire « hors la loi ». En d’autres termes, après quatre mois de lutte, la Belgique obtient donc la fin des microtransactions de ce type sur plusieurs licences : FIFA, Overwatch, Heroes of the Storm et CS : GO.

Pour parler d’un jeu de hasard, la commission des jeux utilise quatre paramètres. S’il y a un élément de jeu , un pari peut entraîner des profits ou des pertes et le hasard joue un rôle dans le jeu. Dans le cas de FIFA 18, Overwatch et Counter Strike: Global Offensive, la Commission des jeux considère que le système de butin est un jeu de hasard soumis à la loi belge sur les jeux. Communiqué de presse

Concernant FIFA 18, le jeu s’est mis au diapason mais pas totalement, puisque les packs de cartes sont toujours aléatoire, l’éditeur estimant certainement que le système n’est pas considérer comme un jeu de hasard mais comme une forme de collection, au même titre que les boosters de cartes Hearthstone, Magic the Gathering ou Pokemon que l’on peut trouver soit en ligne pour les jeux online, soit en boutique pour les jeux physiques. Mais en tout cas pour Overwatch et HoTS c’est bel et bien terminé pour le marché Belge !

Ecrire un Commentaire