Sony refuse toute déclaration publique sur le droit à l'avortement

Mise en ligne le mardi 17 mai 2022 à 11:45 Par Geno
Facebook

A la suite d’un email controversé la semaine dernière, dans lequel le patron de PlayStation Jim Ryan a demandé au staff de « respecter la différence d’opinion » concernant le droit à l’avortement, une nouvelle rapporte que Sony refuse actuellement d’approuver toute déclaration de ses studios PlayStation sur ce sujet.

Thumbnail Sony refuse toute déclaration publique sur le droit à l'avortement

Sony refuse toute déclaration des studios PlayStation quant au droit à l'avortement

Toute cette affaire fait écho à la proposition de la Court suprême des Etats-Unis, qui vise à annuler l’arrêt Roe v Wade. Ted Price, qui se trouve à la tête d’Insomniac, est même allé jusqu’à annoncer au personnel qu’il imaginait des « répercussions matérielles » s'ils allaient à l’encontre des souhaits de Sony.

Selon une nouvelle rapportée par The Washington Post, le développeur Insomniac (Spider-man et Ratchet & Clank), acquis par Sony en 2020, a pris la décision de donner 50 000 dollars au Women's Reproductive Rights Assistance Project (WRRAP) après la récente proposition de la Court Suprême sur l’annulation de Roe v Wade. Cet arrêt historique avait permis de légaliser l’avortement dans tout le pays.

Le don a été approuvé par Sony, et tout autre don supplémentaire du personnel est également accepté, dans le cadre du programme « PlayStation Cares » lancé par l’entreprise.

Cependant, selon The Washington Post, Sony n’autorisera aucune annonce publique que pourrait souhaiter Insomniac quant au droit à l’avortement ou ses dons. Le personnel a également été strictement interdit de mentionner Sony ou Insomniac dans un tout retweet que ferait le WRRAP à propos des dons. « [Sony Interactive Entertainment] n’approuvera AUCUNE déclaration d’aucun studio sur le sujet du droit à l’avortement », a annoncé Ted Price aux employés du studio Insomniac dans un email daté du 13 mai. « Nous nous sommes longtemps battus pour cela, et nous n’avons pas gagné. »

Price répondait à de précédentes requêtes d’employés d’Insomniac, souhaitant que le management fasse une déclaration publique en soutien aux droits reproductifs des femmes, similairement à ce qu’avaient partagé Bungie (Destiny 2) et Double Fine (Psychonauts 2) après l’annonce de la Court Suprême.

Price a cependant alerté son personnel, pensant qu’il y aurait « des répercussions matérielles pour nous en tant que filiale en propriété exclusive » si le studio choisissait d’aller à l’encontre des souhaits de Sony. « De plus, tout progrès que nous pourrions effectuer pour aider à changer l’approche [de Sony Interactive Entertainment] serait stoppé net dans son élan », a-t-il expliqué. « Nous serions également sévèrement restreints dans tous nos travaux futurs auprès du public. »

Lorsqu’il parle d’aider à changer l’approche de Sony, Price fait référence à un document de « près de 60 pages » qu’Insomniac aurait soumis à Hermen Hulst, à la tête de PlayStation Studios, après l’email controversé de Jim Ryan. Le document contiendrait des messages des employés d’Insomniac qui inciteraient les hauts placés de chez PlayStation, surtout Jim Ryan, de « faire mieux avec les employés qui sont directement affectés ».

Sony - Un mail controversé

Ryan a suscité énormément de colère la semaine dernière lorsque, après avoir fait référence à la proposition de la Court Suprême des Etats-Unis dans un email pour tout le personnel, il fut indiqué aux employés la chose suivante : « Nous nous devons les uns aux autres, ainsi qu’aux millions d’utilisateurs de PlayStation, de respecter la différence d’opinion entre tous dans nos communautés internes et externes. » Ryan aurait ensuite rédigé longuement sur les anniversaires de ses chats, ce qui amène certains employés à accuser le patron de PlayStation d’être irrespectueux et de banaliser la question des droits reproductifs de la femme dans ses messages vus par Bloomberg.

« En ce qui concerne notre liberté d’expression », poursuivit Price en réponse à la question d’un employé à propos de l’acquisition d’Insomniac par Sony et son impact sur les valeurs du studio, « tandis que nous avons BEAUCOUP d’autonomie qui est souvent tenue pour acquise, il y a des fois où nous devrons reconnaître faire partie d’une organisation plus grande. Pour la plupart, notre capacité à tweeter a été sans entraves. Cependant, il y a de rares fois où nous nous trouvons en opposition (comme cette semaine) et Sony aura le dernier mot. »

Tandis que Sony ne changera visiblement pas d’avis dans son refus d’émettre la moindre déclaration publique sur les droits reproductifs, The Washington Post affirme que la société est bien plus accommodante dans les coulisses. Il indique que Sony formule actuellement, en collaboration avec Insomniac, une initiative visant à fournir une aide financière à tout employé nécessitant de voyager vers un état différent afin de recevoir des soins liés à la reproduction.

Source – Traduction : Eurogamer