YouTube restreint la diffusion de création de contenu par des enfants

YouTube restreint la diffusion de création de contenu par des enfants
5 (100%) 3 vote[s]

YouTube veut protéger les mineurs. Oui, YouTube ne veut pas qu’on l’accuse de laisser des enfants en roue libre sur sa plateforme de diffusion de contenu, sans surveillance parentale, parlant de rien mais souvent de tout, sans mesurer à la fois la portée de leurs propos, mais aussi de leur contenu et des répercussions qu’il peut avoir. Ces enfants YouTube sont également bien souvent incapable de gérer l’aspect financier et marketing de leur chaîne et ça, c’est aussi un vrai problème…

On ignore, pour l’heure si la réflexion vise à se donner une bonne image ou si elle est réellement motivée par un désir soudain de protéger les enfants de la foule haineuse du web, toujours est-il que toute avancée dans ce domaine est bonne à prendre, puisque visiblement, certains pays ne savent pas très bien comment légiférer sur cette plateforme (et d’autres hein… on parle pas de Twitch mais c’est pas mieux clairement !).

Sur un sujet tel que celui-ci on a envie de donner des exemples d’enfants (gérés par leurs parents ?), qui publient des vidéos YouTube depuis leur plus tendre enfance, à grand renfort de sponsoring non affichés et de publicités qui, à moins qu’elles ne tombent exclusivement sur un compte bancaire professionnel, tombent bien souvent dans la société créée par papa ou maman (parfois les deux) pour gérer l’image de leur bambin.

Certes, on aurait pu, mais cela aurait été trop facile et aurait-on pu voir l’autre problème des mineurs sur YouTube en ce concentrant uniquement sur les parents qui utilisent leurs enfants pour se faire un peu d’argent (un peu, tout est relatif hein, mais on a dit “pas à charge” !).

Le soucis, sur YouTube, c’est que, peu importe le contenu, les enfants sont souvent laissés libre, sans protection, dans la fosse aux lions. Les commentaires parfois agressifs, insultants, violents même, n’aident pas à se construire saignement dans ce monde brutal qu’est l’univers du Streaming en général. De plus, sans surveillance parental, les enfants sont souvent totalement libres de leurs expressions et de leurs propos. Alors certes nous ne sommes pas en dictature mais quand un jeune donne des conseils de suicide, ou s’exprime sur de la politique et d’autres sujets qui n’ont pas leur place à un certain âge, en tout cas pas publiquement, il devient difficile de rattraper le coup. Heureusement YouTube a décidé de dire “Stop” à cet état de fait et propose une solution qui n’est pas radicale, mais qui a le mérite d’être proposée.

Les mineurs, de moins de 14 ans (parce que c’est vrai qu’à 14 ans on est tellement adulte… bref) devront être accompagnés d’un parent sur leurs vidéos, ce parent devra être visible et participer à l’action en cours (si vous jouez à Fortnite, bon courage pour motiver maman à rester pendant vos séances de stream ou vos enregistrement !), les commentaires seront désactivés sur certains vidéos (on imagine en fonction de l’âge et du contenu…) et évidemment, un algorithme permettra à YouTube de vérifier si tout le monde respecte ses règles.

De plus, YouTube va progressivement fermer les comptes des enfants de moins de 13 ans, s’ils se sont enregistrés comme tels, beaucoup ayant usé de triche, préférant mettre un âge plus avancé. Reste à savoir maintenant quand YouTube va s’attaquer au nerf de la guerre : la thune !

Car oui, on va finir par en parler. Votre enfant, 10 ans ou 14 ans, n’a pas le droit d’ouvrir de société pour encaisser des revenus publicitaires. Même si un compte Paypal est créé rapidement, on reste, en France en tout cas, dans l’illégalité. De plus, en France toujours, les revenus des mineurs doivent être versés par les parents à la Caisse des dépôts, sur un compte au nom de l’enfant. Compte qu’il percevra dès qu’il en aura l’âge. Bon, autant vous dire que quand un parent (ou les deux) décident de créer une société pour gérer le business des revenus de leurs progénitures, on est pas certains à 100% que l’ensemble de ces revenus atterrissent bien à la Caisse des dépôts, mais comme rien, en France, à l’heure actuelle, ne permet d’encadrer ce business, on se retrouve avec des gamins qui bossent largement plus que le minimum légal autorisé, sous couvert de le faire parce que ça les amuse, et qui ne perçoivent pas le fruit de leur labeur, mais qui gagnent certainement en confort de vie via leurs parents, bon gestionnaires de leur image.

Ouais, on aime pas ce système, et on a le droit de ne pas l’aimer comme on a le droit de le trouver juste, ou tout du moins, pas illégal. Reste qu’un encadrement légal ne serait pas de trop pour fixer une bonne fois pour toute les règles des “Enfants YouTube” en France et les protéger par la loi. Le Ministère du Travail plancherait dessus depuis un moment, et ça serait bien qu’ils s’activent un peu (si on peut se permettre).

YouTube fait un premier pas, pas complètement satisfaisant, mais il reste maintenant aux pays à compléter ce dispositif par des réglementations, des lois, des contraintes qui forceront ces jeunes parfois inconscients de ce qu’ils font, disent, ou promotionnent, mais aussi leurs parents, pas toujours très attentifs à leurs activités, à faire attention.

Ecrire un Commentaire