Test du dernier Dishonored, La mort de l’Outsider, par QuenlePhilo

Dishonored: Death of the Outsider

Editeurs : Bethesda Softworks
Genre(s) : action, aventure
Sortie : 2017-09-15
Mode(s) : solo
Plateforme(s) : pc, ps4, xbox

Grand fan de la licence, QuenlePhilo vous a récemment proposé de découvrir le dernier Dishonored de Bethesda : La mort de l’Outsider. Nous vous avions déjà parlé de ce jeu via quelques présentations et trailers, à présent, il est temps de passer à la partie test et de découvrir ce que Quen a pensé de ce qui pourrait s’apparenter à un DLC mais qui est en réalité une histoire à part entière. En avant donc pour notre test de Dishonored : La mort de l’Outsider.

Lancez-vous dans une chasse au Dieu dans Dishonored : La mort de l’Outsider

Le test de QuenlePhilo pour Dishonored : La mort de l’Outsider

Quand on parle de FPS, on pense tout de suite à de gros triple AAA tels que Battlefield, CoD, j’en passe et des meilleurs. Cependant dans le genre FPS, il existe une sous-espèce montante et de plus en plus appréciée : le FPS RPG, où la liberté d’action prime d’abord sur l’action pure et dure. Et depuis, quelques années un petit studio français (lyonnais), soutenu par Bethesda, nous fait rêver avec une licence qui navigue entre le Steampunk et le mysticisme : Dishonored

Et depuis peu, une tendance commence à émerger : les Spin-off. Si vous ignorez ce qu’est un spin off nous allons vous éclairer. L’idée du Spin-off, que ce soit dans les séries télé, les films ou les jeux-vidéo, est de se concentrer sur un personnage, ou un événement, dans un opus différent mais imprégné du même univers. Souvent quand on parle de spin-off on pense à un morceau de l’histoire d’un personnage, ou d’un groupe. Mais peut-être qu’un exemple plus parlant vous aiderai à comprendre. Imaginons que je vous propose un spin-off de GoT en vous disant que cela va raconter l’histoire de Ned Stark pendant la guerre de Robert. Vous pigez ? Ok, donc ce concept est de plus en plus à la mode et se répand donc dans les jeux-vidéo. Ainsi, en ce qui concerne Dishonored : La mort de l’Outsider, il s’agit bel et bien d’un Spin-off, décalé de l’histoire principale mais s’intégrant dans le même univers, la même trame scénaristique. 

Incarnez Billie, Ex-Assassin chargé de tuer un Dieu

Il est à noter également que ce Spin-off peut être joué indépendamment de tous les autres jeux Dishonored, vous n’êtes ainsi pas contraint de posséder Dishonored 2 pour pouvoir y jouer. Et ça, c’est une bonne nouvelle !

Mais passons à l’histoire de Dishonored : La mort de l’Outsider

Dishonored : la Mort de l’Outsider nous propose de rencontrer plus intimement Billie Lurk, compagnon de Corvo et/ou Emilie lors du deuxième épisode de la franchise. Ancien assassin, et disciple de Daud, le célèbre assassin de Dunwall qui fut l’exécutant de notre chute dans le 1er Dishonored. L’histoire va nous faire retourner à Karnaka, afin de combattre une obscure secte, obsédée par l’Outsider, et qui nous forcera petit à petit à nous préparer à l’acte le plus terrible que l’on puisse commettre dans l’univers : tuer un dieu ! Bien sur, et comme dans tout les autres jeu de la saga, on peut parfaitement finir le jeu sans tuer personne : à nous de trouver comment. Même si zigouiller quelques personnes sur le passage peut être sympa…

Et pourquoi pas oui, après tout on est en test, alors autant aller zigouiller un Dieu !

S’agissant d’un Spin-off, l’histoire est naturellement plus court mais le prix étant « adapté » à ce nouveau « statut » vidéo-ludique, cela n’est pas frustrant. Toutefois, un point reste malgré tout préoccupant. La fin du jeu donne l’impression d’une véritable fin, un peu comme si vous fermiez un livre dont vous savez qu’il n’y aura pas de suite. Du coup on se demande comment Arkane prévoit de se sortir de cette impression, afin de poursuivre l’oeuvre Dishonored

Un gameplay bien adapté à un format plus court

Sachant s’inspirer de ce qui marche, Arkane réussi à améliorer encore le gameplay, en donnant notamment accès directement au niveau max des pouvoirs, et donnant d’avantage d’intérêt et d’importance aux Charmes d’Os (nous donnant accès à une myriade de passif tous très intéressant). Attention tout de même car si les Charmes d’Os amènent des améliorations appréciables tout au long du jeu, certains peuvent être corrompus et engendrer des malus.

Une petite séance d’initiation au Grappin

De nouveaux pouvoirs arrivent aussi , et on peut déjà s’imaginer Arya Stark avec la Semblance qui vole le visage de votre victime (sans le tuer). Bien sur, les classiques sont toujours présent comme les compétences de Déplacement et de « Vue de l’Aigle« , mais comme Emilie dans le 2, Billie voit ses compétences personnalisées : par exemple, la compétence de Déplacement de Corvo était un « Blink« , Emilie avait un « Grappin« , Billie, elle, possède une sorte de Téléportation ou de Point de Sauvegarde (très appréciable).

Et que dit l’ambiance dans La mort de l’Outsider ?

Fidèle au second opus, on est embarqué avec plaisir dans cet univers Steampunk. Visuellement, le jeu est un régal, la ville principale donc on sent que le graphisme a été soignée laisse penser, dès notre arrivé, qu’elle cache quelque chose en son sein, des secrets bien lourds qu’il nous faudra découvrir. Autrement dit on est rapidement immerger dans ce monde grâce à une ambiance soigneusement travaillée. De plus, Arkane propose également quelques petits clin d’œil à l’histoire avec notamment une épée planté dans un feu de camp. 

La belle épée dans le feu !

Le background est bien rempli, même s’il manque un peu de matière, contrairement à Skyrim par exemple. Cependant on sent que l’effort est là, les ajouts des contrats nous permet d’entrer un peu plus dans l’univers du jeu sans pour autant nous obliger à les utiliser, puisque Dishonored garde son âme et laisse le joueur décider de ce qu’il veut faire ingame.

Death of the Outsider - xbox

Death of the Outsider - ps4

En somme, une belle découverte, et même si quelques points négatifs viennent se glisser ça et là, Dishonored : La mort de l’Outsider reste un très bon jeu, pas trop cher, dans la lignée de l’histoire principale. Faites le test vous aussi, vous ne le regretterez pas, surtout si vous êtes déjà fan de la saga Dishonored !

Jaquette du jeu : Dishonored: Death of the Outsider
Les points positifs
  • Gameplay action/infiltration toujours aussi bien rodé et fluide
  • Nouveauté des pouvoirs très appréciable et qui synergise très bien
  • Ambiance et Level Design des environnements parfaitement immersifs et maîtrisés
Les points négatifs
  • Histoire un peu courte mais pardonnable car il s'agit Spin-off
  • Une fin satisfaisante mais qui laisse beaucoup de questions en suspend
Note du jeu : Dishonored: Death of the Outsider

Ecrire un Commentaire