Fallout 76 : nos premières impressions sur le dernier-né de Bethesda

Fallout 76 : nos premières impressions sur le dernier-né de Bethesda
4 (80%) 2 votes

Fallout 76

Editeurs : Bethesda Softworks
Genre(s) : action, aventure
Sortie : 2018-11-14
Mode(s) : solo
Plateforme(s) : pc, ps4, xbox

Il était attendu avec un mélange de crainte et d’envie. Fallout 76 a été présenté en grande pompe par Bethesda et avec ce nouveau titre, prequel à Fallout 4, les joueurs ont pu expérimenter pour la première fois le mode multijoueur de Bethesda. On a eut l’occasion d’y jouer, avec un regard totalement vierge sur la licence puisque nous n’avions jamais joué à aucun Fallout avant celui-ci. Une occasion en or de pouvoir appréhender le jeu de manière neutre, sans avoir dans la tête les performances de ses prédécesseurs. On fait le point sur nos premières impressions.

Si, d’entrée de jeu, l’histoire prônée par Fallout 76 n’a rien d’originale, elle a au moins le mérite d’être claire et plutôt réaliste. Des hommes et des femmes, triés sur le volet, enfermés dans un bunker pour échapper à une guerre nucléaire sont censés rebâtir le monde une fois que ce-dernier sera redevenu viable. Alors évidemment, le genre n’est pas nouveau mais le concept reste tout de même sympathique. L’histoire commence donc ainsi, on est prêt ! Prêt à arpenter le monde et à enfin revoir la lumière du soleil. On choisit notre avatar, on fait un tour de notre chambre, on découvre. Mais une fois dehors, malheureusement, c’est une autre histoire. On commence par ouvrir la map et on y découvre de vastes étendues, d’apparence désertiques, ou en tout cas, vides. Qu’à cela ne tienne, allons-y, sortons puisque c’est le but de l’histoire.

Fallout 76 : nos premières impressions sur le dernier-né de Bethesda

L’abris 76

On sort donc, pour découvrir une terre désolée par les radiations, où on mange des chats (beurk) pour survivre et où il n’y a pas âme qui vive, si ce n’est les joueurs qui vous accompagnent, car oui, Bethesda avec son multijoueur a décidé d’aller loin, très loin, trop loin peut-être en tuant ses PNJ et en laissant les joueurs interagir entre eux pour rebâtir le monde (ainsi que des monstres irradiés très tenaces !). Le problème, c’est qu’on a pas tous envie de jouer en mutli, et que même si on décide d’y aller solo, on est pris de schizophrénie car on se sent vite très seul. Un grand écart étrange, qu’on a pas l’habitude de ressentir sur un jeu.

La première chose qui nous a frappée hors du bunker, ce sont les graphismes. Nous qui nous attendions à quelque chose de spectaculaire, il aura fallut revoir nos ambitions à la baisse. Sans être désagréable, il est vrai que ça nous a laissé un arrière goût d’inachevé, pour autant, on s’y fait assez vite et cela ne dérange pas plus que cela à la longue.

Fallout 76 : nos premières impressions sur le dernier-né de Bethesda

Il va en falloir des heures de jeu avant d’arriver à tout découvrir !

Toutefois, il faut se rendre à l’évidence, les Appalaches sont grands, très grands ! Et même si graphiquement on est pas tout à fait satisfait, on est assez vite captivés par le besoin de découverte que suppose une carte aussi vaste. Et au fil des balades on trouve des lieux curieux, parfois même chargés d’histoire, mais on regrettera que personne ne soit là pour nous les raconter à part de rares robots, mémoire de tragiques instants… La grandeur de la carte accentue encore cette sensation de vide, de solitude, qu’on peut avoir, et même en multijoueur, on ne croisera pas grand monde. Et pour cause ! La carte est tellement grande, que l’infime nombre de joueurs propulsés sur la carte ne parviendra pas à la remplir. En plus, comme vous n’avez pas de PNJ, vous êtes un peu livrés à vous-même.

Fallout 76 : nos premières impressions sur le dernier-né de Bethesda

Fallout 76 est donc proposé comme multijoueur, mais qu’en est-il du PVP ?

Car qui dit Multi, dis affrontement, en tout cas normalement, mais pas là, Bethesda a fait le choix de limiter le PVP afin d’éviter les dérapages et les abus, en effet, lorsque vous croisez un autre joueur qui a décidé de faire de vous sa proie, il se trouve que tant que vous ne ripostez pas, vous subissez de très faibles dégâts qui vont assez vite le décourager, et quand bien même il finirai par vous tuer à l’usure, une prime serait alors mise sur sa tête et tous les joueurs des environs tenteront de le tuer.

Fallout 76 : Un thème et des avatars gratuits sur PlayStation 4 !

L’impatience vous guette ? Fallout 76 se fait attendre ? Il ne reste pourtant que quelques petits jours à patienter et pourtant… Après ce weekend chargé en émotion, il fallait bien commencer le lundi avec une autre bonne nouvelle, toute relative à côté du Million d’euros récolté pour Médecins Sans Frontières, on vous l’accorde, mais tout de [...]


Sur Fallout 76 on a aussi découvert les camps (on vous rappelle qu’on n’a joué à aucun jeu de la licence avant celui-là). Monter son camp (C.A.M.P.S), l’upgrade et pouvoir le déplacer à un autre point reste une partie du jeu qu’on a clairement adoré, en plus, comme le jeu n’est pas axé PVP, vous n’avez pas vraiment besoin de vous concentrer sur sa défense JCJ, ce qui vous laisse du temps et de l’énergie pour autre chose ! Côté farming de ressources, on est servis, pour nous (moi) qui adorons le farm dans les jeux, Bethesda offre ici un terrain de jeu idéal aux farmeur compulsifs comme nous. Regarder derrière chaque rocher est un petit plaisir qu’on ne se refuse pas ! Fouiller les maisons, regarder sur chaque étagères, ouvrir les coffres-forts (ce qui n’est pas si facile), ou encore devoir un peu bousculer les objets pour ne rien rater reste agréable et suffit à satisfaire les curieux que nous sommes.

Fallout 76 : nos premières impressions sur le dernier-né de Bethesda

N’oubliez pas de bien fouiller partout pour trouver des épingles, nécessaires à l’ouverture des coffres !

En plus de cet aspect farming, on découvrira, au fil de notre balade, des joueurs beaucoup mieux équipés que nous, et pas agressifs pour un sou ! Une bonne ambiance générale qui nous laisse penser que le jeu n’avait peut-être pas besoin du mutli, tant les joueurs ont tendance à se laisser tranquille, cherchant à évoluer à leur rythme.

Au stade notre test, nous n’avons pas fini le jeu, mais nous savons déjà que cela va être long et pour cause, Fallout 76 a des bugs, et pas qu’un peu. Si le dernier patch de 50 Go devait permettre de les corriger, il faut avouer que ce n’est pas ça et que cela nuit fortement au confort du jeu. Alors oui, on est pas forcément très emballés, mais on va aller jusqu’au bout du jeu, et voir si ces premières impressions s’estompent à mesure qu’on avance, car enfin, le jeu devrait avoir une « fin » et il nous tarde de la découvrir.

Fallout 76 est actuellement disponible sur PC, Xbox One et PS4.

Ecrire un Commentaire