Review - A Plague Tale : Requiem - Une terreur extraordinaire au service d'une histoire poignante

Mise en ligne le mardi 18 octobre 2022 à 09:14 Par Sansa
Facebook

A Plague Tale: Requiem élargit finalement sa portée et améliore l'action furtive de son prédécesseur, mais l'histoire déchirante de deux frères et sœurs luttant contre tous est là où il excelle vraiment.

Thumbnail Review - A Plague Tale : Requiem - Une terreur extraordinaire au service d'une histoire poignante

Il y a une séquence dans le quatrième chapitre de A Plague Tale: Requiem où vous êtes obligé de fuir un véritable tsunami de rats. Alors que vous sautez d'un toit de pierre à l'autre, l'essaim de vermine infestée de peste balaie la ville en contrebas comme des eaux de crue déchaînées, renversant les bâtiments à leurs fondations et dévorant toute personne prise sur son chemin destructeur. C'est un moment de spectacle hollywoodien qui met en valeur les progrès remarquables de la technologie depuis la sortie de A Plague Tale : Innocence en 2019. Alors que le premier jeu pouvait gérer 5 000 rats à la fois, sa suite peut remplir l'écran avec un nombre stupéfiant de 300 000. Cette vaste multiplication renforce la nature terrifiante et oppressante des rongeurs emblématiques de la série, mais des moments comme celui-ci sont rares pour la plupart, Requiem semblant en effet très familier par rapport à son prédécesseur.

A Plague Tale : Requiem

Bien que le développeur Asobo Studio ait complété son gameplay d'action furtif avec quelques nouveaux ajouts, ce sentiment de familiarité persiste tout au long de la première moitié du jeu. Comme Innocence, Requiem vous met dans la peau bien usée d'Amicia de Rune, une adolescente chargée de protéger son jeune frère, Hugo, alors qu'ils traversent une France pestiférée du XIVe siècle à la recherche d'un remède pour sa mystérieuse maladie. Amicia est armée d'une fronde qui peut à la fois tuer des ennemis sans casque et frapper des caisses d'armures bien placées pour créer une distraction. Vous avez également accès à des munitions alchimiques qui peuvent allumer des incendies ou les éteindre, vous permettant de naviguer à travers les averses de rats grâce à la lumière qu'elles produisent et vous pouvez aussi les utiliser à votre avantage en enveloppant les ennemis dans l'obscurité.

Amicia est une combattante plus compétente cette fois-ci, vous pouvez donc contrer les ennemis blindés après avoir été repéré et les laisser étourdis pendant quelques secondes. Si vous avez un couteau à usage unique à portée de main, vous pouvez les achever d'un coup fatal, mais les couteaux sont difficiles à trouver et servent également d'outil pour ouvrir les établis cadenassés. Ces cachettes sont remplies de divers matériaux d'artisanat, nous avons donc toujours trouvé plus avantageux de conserver tous les couteaux sur lesquels on pouvait mettre la main plutôt que de les gaspiller en une seule mise à mort. Vous pouvez également utiliser la fronde d'Amicia pour étrangler les ennemis sans armure en les attrapant par derrière. Cependant, cela comporte un élément de risque, car l'animation est assez longue et n'est pas complètement silencieuse.

En raison de la fragilité d'Amicia, la plupart des rencontres dans Requiem exigent une approche furtive, comme se faufiler dans les hautes herbes, ramper sous des charrettes et lancer des pots pour détourner les regards indiscrets (on se croirait dans Assassin's Creed). Lorsque vous n'utilisez pas de rats pour dévorer les soldats sur votre chemin, cette furtivité basée sur la distraction n'est pas la plus intéressante et n'a pas vraiment évolué depuis Innocence. Cela a du sens dans le contexte du jeu et montre l'acharnement de la situation dans laquelle se trouvent Amicia et Hugo, car les chances sont contre eux, et toute leur existence se résume essentiellement à échapper à la mort encore et encore. Mais les environnements dans lesquels vous vous trouvez sont souvent assez linéaires et exigus, de sorte que vos voies d'approche sont sévèrement limitées. Contrairement au premier jeu, vous pouvez au moins revenir en mode furtif après avoir été attrapé en vous enfuyant.

A Plague Tale : Requiem A Plague Tale : Requiem

Heureusement, le jeu commence à se dégourdir les jambes environ cinq heures plus tard, et cela coïncide également avec l'introduction de quelques outils et capacités supplémentaires avec lesquels vous pouvez jouer. Amicia finit par avoir accès à une arbalète mortelle qui peut tuer la plupart des ennemis blindés d'un seul coup. Pour compenser la puissance de l'arme, les munitions sont rares, donc ce n'est pas quelque chose que vous utiliserez souvent, mais Hugo a un moyen plus fiable d'expédier tous les ennemis qui se trouvent sur votre chemin : les rats. La maladie dont il est atteint a progressivement approfondi son lien avec les rongeurs porteurs de peste, vous donnant la possibilité de contrôler directement la masse qui se tord et de consommer violemment ceux qui ne sont pas protégés par la lumière. Il y a quelque chose d'étonnamment satisfaisant à regarder une horde de rats s'attaquer aux gens jusqu'à ce qu'il ne reste presque plus rien d'eux (c'est aussi un peu gore, on doit bien se l'avouer...).

Les épreuves que traversent Amecia et Hugo font qu'il est difficile pour le couple de faire confiance à qui que ce soit, mais ils sont souvent rejoints dans leurs voyages par un certain nombre de compagnons qui les aident dans la furtivité ou au combat. Arnaud, par exemple, est un soldat bourru qui peut être dirigé pour combattre des ennemis en appuyant simplement sur un bouton. Il gagne de manière fiable des duels en tête-à-tête en quelques coups, mais il est bruyant et vous devrez lui donner un coup de main s'il est encerclé, sinon il mourra et déclenchera une fin de partie. Sophia, d'autre part, est un pirate que vous rencontrez dans la seconde moitié du jeu. Elle est équipée d'un éclat de verre qui peut être utilisé pour dévier la lumière du soleil et mettre le feu à l'herbe sèche. Cela fournit une distraction précieuse puisque tous les soldats à proximité quitteront leur itinéraire de patrouille pour éteindre la petite flamme.

A Plague Tale : Requiem A Plague Tale : Requiem

Ces nouveautés ajoutent une énergie renouvelée et un semblant de stratégie aux rencontres, en particulier dans les zones où le jeu s'ouvre et vous permet de naviguer entre les ennemis de plusieurs façons. En plus d'offrir plusieurs chemins à travers une section, ces cartes plus grandes vous encouragent également à adopter un style de jeu particulier, qui est encore incité par le système de compétences de Requiem. En optant pour la voie pacifiste, par exemple, et en vous faufilant entre les ennemis sans vous faire repérer ni tuer par qui que ce soit, vous débloquerez des compétences destinées à améliorer vos capacités de furtivité, telles que l'augmentation de votre vitesse lorsque vous êtes accroupi et la réduction du bruit que vous faites lorsque vous êtes en mouvement. Si vous êtes agressif, en revanche, vous aurez accès à des capacités telles qu'une poussée qui vous permet de pousser les ennemis dans le feu ou les rats, et un autre qui accélère le temps nécessaire pour étouffer les ennemis avec la fronde d'Amicia. Vous pouvez mélanger et assortir les approches pour débloquer des compétences dans chaque catégorie, il y a donc un élément de liberté présent dans la façon dont vous façonnez Amicia.

Il y a aussi quelques énigmes légères qui ne sont jamais trop compliquées et qui tournent généralement autour de l'utilisation de diverses sources de lumière pour traverser les zones infestées de rats. Ces moments offrent un changement de rythme bienvenu, bien qu'il y ait trop de cas où vous devez pousser des chariots pour grimper et atteindre des niveaux plus élevés, ce qui semble à la fois artificiel et archaïque. De même, il y a un certain nombre de moments où vous êtes contraint à des scénarios de combat confinés où le seul moyen de passer est de tuer tout le monde sur votre chemin. Le rôle que ces séquences jouent dans l'histoire de Requiem est percutant, car il relate l'attitude changeante d'Amicia depuis le premier titre (Innocence) et aborde les luttes et la culpabilité auxquelles elle est confrontée à chaque vie qu'elle est forcée de prendre. Mais d'un point de vue gameplay, iln'est pas non plus très passionnant. Le combat n'est pas particulièrement difficile, mais le jeu aime vous punir afin de souligner la fragilité d'Amicia. On a l'impression qu'il y a un chemin correct à travers ces séquences, et vous mourrez encore et encore jusqu'à ce que vous trouviez le moyen de passer comme le jeu en a décidé.

A Plague Tale : Requiem

Des faux pas comme celui-ci sont décevants, notamment parce qu'il y a tellement de choses à aimer dans l'histoire et le cadre de Requiem. Le récit reprend six mois après la fin du premier titre, avec Amicia et Hugo voyageant en Provence, dans le sud de la France, bordant la mer Méditerranée. C'est le début de l'été, donc ce nouveau cadre insuffle au jeu une abondance de couleurs et de dynamisme qui n'était pas présente dans Innocence, plus sombre. C'est parfois magnifique, avec des champs ensoleillés éclatant aux couleurs des fleurs de lavande et des jonquilles, des marchés animés drapés de bannières noires et jaunes et des falaises balayées par le vent surplombant un orage imminent. La guerre et la peste porteuse de rats n'ont pas encore affectées cette région de France, alors le jeu profite de chaque occasion pour capturer ces moments calmes, qui invitent à la détente.

À la base, Requiem propose un jeu de contrastes saisissants. Le cadre pittoresque et les vues fascinantes qu'il évoque fréquemment rendent l'afflux de violence soudaine d'autant plus percutante, tout en ajoutant un autre élément de terreur à l'obscurité de la nuit. Vous entrerez dans une ville où les gens font leurs courses chez un fleuriste ou assistent à un spectacle de rue avec une joie exorbitante, et le fait d'être témoin de cela rend plus difficile le fait que les rats envahissent et laissent les cadavres nus de ces mêmes personnes dans leur sillage. Vous le voyez également chez Hugo, où l'innocence de sa joie d'enfant se heurte à ces circonstances déchirantes, que ce soit parce qu'il lutte contre sa maladie et sa connexion avec les rats, qu'il explose de colère contre la cruauté du monde ou qu'il lutte pour faire face à la des choses horribles qu'il a vue.

A Plague Tale : Requiem A Plague Tale : Requiem

La caractérisation d'Amicia et Hugo est au cœur de l'histoire de Requiem et propulse le récit vers l'avant, même lorsqu'il trébuche parfois. Il y a toutefois une séquence où le rythme implacable du jeu ralentit. Cela aurait pu être resserré et raccourci, d'autant plus que les deux dernières heures du jeu semblent trop longues. Ce sont là, cependant, nos seuls hésitations avec l'histoire... Les performances, dans tous les domaines, sont excellentes et on apprécie la représentation authentique des attaques d'anxiété et de panique alors que les conséquences de leurs expériences traumatisantes rattrapent enfin Amicia. Cela peut parfois sembler cruel, mais Requiem raconte une histoire déchirante et puissante qui vaut la peine d'être vue jusqu'au bout.

C'est là que cette familiarité s'insinue à nouveau, car on peut dire exactement la même chose du premier titre. A Plague Tale: Requiem excelle dans les mêmes domaines que son prédécesseur. Son gameplay d'action furtive est inégal mais s'est au moins amélioré, introduisant plus d'outils avec lesquels vous pouvez jouer et élargissant sa portée pour fournir des voies plus intéressantes à explorer lorsqu'il s'agit de traverser les menaces, à la fois humaines et animales. Les rats sont toujours sa caractéristique la plus mémorable, jaillissant du sol comme des geysers et en plus grand nombre que jamais. Il y a beaucoup à aimer dans Requiem, même si la frustration est un compagnon trop courant en matière de gameplay. Il existe de meilleurs jeux furtifs, mais son cadre unique, sa narration poignante et sa terreur infestée de rats font que de la France du XIVe siècle un lieu idéal pour une telle histoire.

Source - Traduction - Crédit images : Gamespot

Gagnez vos jeux gratuitement en profitant du concours organisé par notre partenaire Instant-Gaming. Choisissez parmi les jeux-vidéo de votre choix, des cartes prépayées (PS+ ; PSN ; Xbox Live ; Switch ; Crédits FIFA...), des DLC ou encore des V-Bucks. Le concours est GRATUIT !

Participer au concours Instant gaming
Facebook

Jeux similaires