PlayStation 5 : Sony dépose un brevet de rétrocompatibilité !

PlayStation 5 : Sony dépose un brevet de rétrocompatibilité !
5 (100%) 1 vote

Et si toutes les rumeurs concernant la PlayStation 5 et sa fameuse rétrocompatibilité étaient vraies ? C’est ce que laisse entendre Sony, qui vient de déposer un brevet, ou plutôt, de mettre à jour son brevet déposé précédemment à titre privé, en vue d’activer ou de développer la rétrocompatibilité de la PlayStation 5. Mais qu’est ce que cela signifie exactement pour le commun des mortels ? 

Si vous avez moins de 20 ans, il y a de fortes chances que la PS1 n’évoque rien d’autre qu’une sortie prochaine de console rétro chez Sony. Pourtant, cette console, comme celles qui ont suivies et que vous connaissez certainement un peu plus, dispose d’une bibliothèque de jeux que beaucoup souhaiteraient pouvoir retrouver sur les consoles de nouvelle génération. Il fut donc un temps, où Sony permettait de lancer des jeux au format CD, grâce à la rétrocompatibilité. Ainsi on pouvait jouer à des jeux de la PS1 sur la PS2, et ainsi de suite, jusqu’à ce que ce ne soit plus possible avec la PS4. Traitrise ! Injustice ! Les joueurs ont criés au scandale mais se sont fait une raison, malgré tout, car Sony avait un avantage comparé à la console de Microsoft : les exclusivités, plus nombreuses et plus intéressantes.

PlayStation 5 : Sony dépose un brevet de rétrocompatibilité !

Pourtant, il semblerait qu’aujourd’hui Sony décide que cette vendetta contre la rétrocompatibilité est terminée, si l’on en croit le brevet mis à jour ce 2 octobre concernant la rétrocompatibilité et dont une première version vierge de tout indice avait été déposée à titre privé, Sony, via sa maison mère, pourrait retourner sa chemise avec la PlayStation 5, ouvrant la voie à des jeux allant de la PS4 à la PS1.

Chaque actif, tel qu’une texture demandée par un logiciel existant, tel qu’un logiciel de jeu informatique hérité, est associé à un identifiant unique. L’identifiant unique peut être rendu en imposant un hachage à l’actif, puis l’actif stocké avec son identifiant dans une structure de données. Un artiste remanie les textures pour les présenter sur un affichage de résolution supérieure à celle envisagée dans le logiciel d’origine et les stocke dans la structure de données avec leurs identifiants. Le logiciel original est ensuite lu sur l’affichage à résolution plus élevée, les appels de ressource (tels que la texture) étant interceptés, identifiés et la structure de données entrée pour récupérer la ressource remasterisée ayant un identifiant correspondant. L’actif remasterisé est ensuite inséré à la volée dans la présentation du jeu.

Grosso modo, dans tout ce charabia, on comprend bien qu’il s’agit d’interpréter des textures et des sons venant de supports plus anciens que ceux qui seront (forcément) proposés pour la PS5. Chacune de ces textures et chacun de ces sons, sera donc retravaillé afin de permettre au jeu « rétro » disposant de graphismes dépassés, d’apparaître à l’écran comme s’il avait été remastérisé. Cette option n’est pas décrite plus en détail. On ne sait pas exemple pas si la console l’intégrera en interne ou s’il faudra télécharger quelque chose au moment ou l’on voudra jouer à un jeu de la PS1, PS2 ou PS3, comme par exemple une bibliothèque de textures adaptés par rapport à l’identifiant qui aura été donné au jeu, ou si ces packs seront directement inclus dans le cerveau de la PlayStation 5 au moment de l’achat et mis à jour régulièrement. Evidemment, cette solution nous parait la plus intéressante, de notre point de vue.

Si les rumeurs vont bon train, il se pourrait bien que la console marque un point non négligeable avant même sa sortie, car si la rétrocompatibilité est aussi du côté de Microsoft, il se trouve que la catalogue de la PS4 dispose encore de quelques perles sur sa première née qu’on aimerait bien retrouver.

Et vous, quel jeu voudriez-vous pouvoir ressortir sur le PlayStation 5 et que pensez-vous de ce système de rétrocompatibilité proposé par Sony ?

Ecrire un Commentaire