Test Wolfenstein II : The new Colossus, un FPS solo au scénario soigné

Wolfenstein II: The New Colossus

Editeurs : Bethesda Software
Genre(s) : fps, action, aventure
Sortie : 2017-10-27
Mode(s) : solo
Plateforme(s) : pc, ps4, xbox

Et si on réécrivait l’histoire, juste pour imaginer ce que ce serait que de vivre sous le régime Nazi ? Si l’idée ne vous tente pas et en agace certain, et notamment ceux qui portent encore aujourd’hui dans leur chair et leur mémoire les souvenirs de cette sombre période, les gamers eux, aiment ces jeux qui allient histoire et fiction. Wolfenstein II : The new Colossus de Bethesda s’inscrit dans ce registre et nous propose de combattre comme jadis la résistance, mais en version plus moderne. Découvrez notre test !

L’histoire de Wolfenstein II : The new Colossus

Suite directe de The New Order, Wolfenstein II : The new Colossus nous embarque au tout début des années 60, tandis que le monde vie et tremble sous la domination Nazi. Si vous débarquez sur le jeu vous découvrirez que l’histoire réécrite nous invite à un combat sanglant près de 15 ans après la fin historique de la seconde guerre mondiale. Mais évidemment, comme les Nazi ont poursuivis leur oeuvre de destruction et de domination, ils ne se sont pas arrêtés aux portes de l’Europe. Non, ils se sont même exportés en Amérique. Ce sera là votre nouveau terrain de jeu. Vous incarnerez William Joseph « BJ » Blazkowicz, qui livre une guerre sans merci aux Nazi afin de renverser leur pouvoir.

Un héros charismatique, mais un peu brute de décoffrage !

En gros, un classique méchants contre gentils. Jusque là rien de neuf. Pour autant, il ne faut pas se fier aux apparences car contrairement à de nombreux jeu actuels, Wolfenstein II : The new Colossus fait un pari fou : miser sur la qualité scénaristique et le mode solo, quand pléthores d’autres jeux ajoutent du multijoueurs là où ce n’est pas toujours nécessaire, afin de contenter une communauté qui se veut désormais hyper connectée et qui ne sait plus profiter d’une belle qualité scénaristique sur ce type de jeu.

Le Gameplay de Wolfenstein II : The new Colossus

Du standard, rien ne change beaucoup par rapport au précédent opus. Mais le compte y est, il n’était pas nécessaire d’en faire plus. Votre personnage peut changer d’arme, fracasser des Nazis à tout va dans des scènes parfois dignes d’abattoirs, quelques pointes d’humours sont a signaler, comme le fait de combattre, au tout début, armé de deux fusils mitrailleurs, dans un fauteuil roulant, mais ce qui dénote le plus dans Wolfenstein II : The new Colossus c’est évidemment son scénario précis, percutant, glaçant parfois, riche et profond. Le tissu scénaristique est tel que la plus d’une dizaine d’heure de jeu passe comme une lettre à la poste. On se surprend à rire, avoir peur, douter, se poser mille questions, tandis que notre personnage nous fait avancer dans l’intrigue entre humour et folie meurtrière.

Notre test nous permet de découvrir un scénario très soigné !

Un scénario très travaillé pour un thème sombre et sujet à controverses

C’est d’ailleurs surprenant de la part d’un FPS d’avoir à ce point soigné l’écriture, mais d’un autre côté on se dit qu’il fallait au moins ça pour un jeu qui est capable de déchaîner les passions, dans une période qui connait les débordements que l’on connait et la recrudescence de violences verbales et physiques à caractère racistes. L’extrême droite n’a jamais eu la côte, et le jeu se devait de soigner le scénario pour éviter de prêter à confusion. Pari réussi donc pour Wolfenstein II : The new Colossus !

Le design du jeu est-il à la hauteur ?

Si on parle de design on est obligé de se référer à ce qui est sorti auparavant sur d’autres jeux, y compris d’un style différent. Mais rien n’est vraiment comparable à l’ambiance que l’on souhaite instaurer dans un jeu comme Wolfenstein II : The new Colossus qui adapte en fiction des pans de notre histoire douloureuse et amer. La seconde guerre mondiale qui se poursuit et s’étend doit pouvoir se ressentir dans chaque lieu. Tout y est encore une fois, les ombres, la noirceur, l’ambiance glauque. Des paysages sombres qui reflètent la triste réalité du quotidien sous le régime Nazi, mais également le combat contre l’obscurité mené par notre héros.

Un design qui nous met rapidement dans l’ambiance

Les cartes, quant à elle, subissent quelques changement par rapport au premier opus, puisqu’il se trouve que l’on passe sur un format de map semi-ouvert. Ce système est sympa et permet une immersion encore plus grande, mais pénalise aussi le joueur dans son avancé puisque la lisibilité de ses trajectoire est plus complexe. Pour le reste, la bande-son et les doublages français sont très bien gérés. En somme, tout a été soigné et même si ce jeu fait le pari de ne pas passer en multi et de rester sur une histoire avec un scénario, il se trouve qu’on y trouve largement son compte. 

Des lieu très travaillés graphiquement pour une immersion totale

D’une durée de vie de 10 à 11h, on pourra réaliser des quêtes secondaires, réaliser des exploits en récupérant des documents et autres objets cachés afin de compléter sa collection. Si vous êtes, comme nous, des fouineurs fous qui aiment à se balader sur une map tout en sondant chaque caillou et chaque touffe d’herbe, vous ne serez pas déçu et votre temps de jeu grimpera un peu. 

Pour conclure notre test de Wolfenstein II : The new Colossus

En conclusion, Wolfenstein II : The new Colossus est un excellent FPS narratif, à l’histoire bien ficelé, au gameplay soigné et aux design appliqué. Si l’on devait lui trouver quelques points négatifs, car il en faut soyons sérieux un instant le test ne peut pas donner du 100%, on dirait que les map semi-ouvertes n’apportent rien de plus si ce n’est une meilleure immersion, le curseur d’objectif hasardeux qui nous oblige régulièrement à ouvrir notre carte pour être certain de notre direction, des scènes de combats à l’arme à feu assez longues qui peuvent donner l’impression que le jeu est quelque peu vide et qu’il fallait combler pour gonfler le temps de jeu… Pour le reste, pas grand chose à dire.

Croiser un SS dans un bar, et avoir envie de lui envoyer la machine à café dans la tête…

N’étant pas grand fan de ce type de jeu mais plutôt multijoueur, il est vrai que Wolfenstein II : The new Colossus a de quoi dérouter, mais au bout de quelques heures on s’y fait, et finalement le plaisir de la narration reprend le pas sur le reste, et on retourne à quelque chose de plus old school, ce qui n’est pas pour nous déplaire lors de ce test !

Jaquette du jeu : Wolfenstein II: The New Colossus
Les points positifs
  • Un scénario très soigné
  • Des graphisme travaillés pour une immersion réussie
  • Durée de vie correcte
  • Bande son et VF de qualité
  • Des phases de dialogues mémorables
  • Des gunfights de qualitay
Les points négatifs
  • Carte peu pratique d'utilisation
  • Niveau complexes à parcourir
  • Certains gunfights un peu longs
  • Bestiaire peu varié
Note du jeu : Wolfenstein II: The New Colossus

Ecrire un Commentaire