FranceTV : un article effarant sur la finale de la DH Counter Strike

FranceTV : un article effarant sur la finale de la DH Counter Strike
4.3 (86.67%) 3 vote[s]

Alors que l’eSport est en plein essor avec la possibilité de le voir débarquer aux Jeux Olympiques, il y a encore du taf à faire pour sortir des stéréotypes et des mots parfois durs et incompréhensibles pour les joueurs. France 3 suivait la Finale de Counter Strike au Dôme de Marseille, à l’occasion des Masters Dreamhack, c’est alors qu’un article a été publié sur le site de FranceTV, afin de mettre en avant cette compétition, un article au contenu déconcertant…

FranceTV : un article effarant sur la finale de la DH Counter Strike

L’auteur fait part aux lecteurs de France TV de son impression, ou plutôt fait un constat froid et distant de cette compétition avec des mots douloureux, qui nous ramènent quelques courtes années en arrière et qui ne sont pas pour rassurer les jeunes parents quant à l’avenir de ce genre de compétition :

Les 16 équipes viennent du monde entier. Chacune est composée de 5 joueurs. Des terroristes veulent poser une bombe et la faire exploser pendant que des anti-terroristes (l’équivalent du RAID ou du GIGN.) les en empêchent. Tout ce beau monde se tire dessus, dans un grand bain de sang. D’autant plus grand qu’il se déroule sur écran géant. L’effet rendu est tout à fait réaliste.

Il n’y avait visiblement pas plus à dire, en plus du reportage vidéo publié dans l’article, qui est, lui, plus modéré. L’auteur donc annonce d’emblée la couleur et décourage les moins convaincus d’aller plus loin : « Bain de sang », « effet réaliste », « terroristes contre anti-terroristes », avec le climat actuel qui règne en France et partout dans le monde autour d’un sujet aussi compliqué qu’abject dans ses applications, ramener Counter Strike, un jeu qui existe depuis bien longtemps, à un simple bain de sang, est dégradant pour la plupart des joueurs.

C’est évidemment dégradant pour les joueurs professionnels qui s’investissent, tout autant que pour les éditeurs, les développeurs et les joueurs qui apprécient ce jeu et les compétitions qui en découlent. On en revient toujours au même constat, les jeux vidéos ont encore pas mal de travail à faire pour être acceptés par les critiques. Nous ne jugeons pas nécessairement le fait que les gens ne comprennent pas mais réduire un jeu à des termes aussi sombres et chaotiques est décourageant pour l’ensemble des acteurs du secteur.

Lors de salons, il arrive souvent que des parents questionnent, parfois novice dans ce milieu, le redoutant et le méprisant (souvent), mais à force de persuasion, on arrive à faire changer les mentalités, il arrive même parfois qu’on parviennent à en convaincre que les jeux vidéos sont une source d’emplois certaine, et que leurs enfants y trouveront un avenir dans diverses branches. Alors, de grâce, arrêtons de réduire les jeux à des bastons entre ados dégénérés qui trouvent plaisir à transposer ce qu’ils voient ingame dans la vraie vie. Ce n’est pas le cas, c’est dégradant pour ceux qui œuvrent à essayer de faire des jeux vidéos une activité lucrative et génératrice d’emplois et surtout, c’est faire du mal à un beau projet : l’eSport, portés depuis des années par des acteurs connus autant que par des anonymes, qui espèrent voir prochainement leurs efforts récompensés par la professionnalisation du milieu ou encore son entrée dans les jeux olympiques.

Et enfin nous rajouterons que pour ceux qui se demandent si les jeux vidéos emploient réellement et sont source d’embauches, il vous suffit de vous rendre sur le site de l’AFJV (Agence Française des Jeux Vidéos) qui publie régulièrement des offres d’emplois dans ce secteur pour des studios très connus, comme pour des studios indépendants et qui recense également les acteurs du secteur.

Alors voilà, nous quand on voit ça, pour avoir vécu aux côtés de certains le déploiement du gaming en tant que métier, que ce soit dans l’animation sur des WebTV, dans les rédactions, ou dans l’organisation de tournois ou de salons, on fait des bonds de cabri, donc, plutôt que d’être aussi dégradant et insultant que ceux qui se permettent de juger, essayons de faire bouger les choses en prouvant que tout n’est pas sombre dans les jeux vidéos, que les compétitions ne sont pas mauvaises, et que tout ne se limite pas à des « bains de sang »…

Vive l’eSport ! Et félicitation à Marseille qui a accueillit un évent aussi important, en espérant en voir plus, sur plus de jeux, partout sur le territoire français et un peu moins d’articles comme celui de FranceTV !

Ecrire un Commentaire