Cyberpunk: Edgerunners a le potentiel de l'anime de l'année

Mise en ligne le Wednesday 14 September 2022 à 10:12 Par Sansa
Facebook

Les adaptations télévisées des jeux vidéo obtiennent généralement peu de succès, soit en raison d'un manque de budget, soit parce qu'elles s'éloignent trop de l'original. Il est donc naturel de regarder Cyberpunk: Edgerunners avec un certain scepticisme, mais nos craintes se sont rapidement apaisées après avoir visionné les deux premiers épisodes de l'anime.

Cyberpunk : Edgerunners a des personnages qui comptent

Se déroulant dans les rues impitoyables de Night City, Cyberpunk : Edgerunners raconte l'histoire de David Martinez. Certaines circonstances malheureuses font que David est largué en plein milieu du cœur sordide de Night City. En tant que personnage, David a une personnalité complexe basée sur les situations de la vie qu'il a vécues. David est un écolier à l'Arasaka Academy – une école privilégiée pour les Corpos – mais financièrement, il est plus pauvre que la plupart de ses camarades.

Ces situations et la représentation entre les riches et les pauvres sont véhiculées à travers des moments de caractère brefs mais puissants au sein de l'Académie. Le deuxième épisode présente un personnage central nommé Lucy, qui a des origines douteuses et qui est certainement mêlée à des activités illégales. L'alchimie entre David et Lucy nous a immédiatement saisi, et on a commencé à apprécier les personnages en à peine deux épisodes.

La projection que nous avons vue était doublée, ce qui est toujours un point de discorde pour les fans. Nous sommes heureux d'annoncer que le doublage de Cyberpunk : Edgerunner est exceptionnellement bien fait (en anglais en tout cas). Le doubleur de David, Zach Aguilar est un doubleur fantastique et expérimenté, et donne vraiment vie au protagoniste. David dévoile un large éventail d'émotions dans ces deux premiers épisodes, du bonheur à la colère en passant par le chagrin, et il est décrit de manière convaincante ici.

Studio Trigger est aux commandes de cette série, qui est un nom bien connu des amateurs d'animés. La signature de Trigger est l'explosivité et l'action, ce qui ravira les fans d'animation. Cyberpunk: Edgerunners est ce que propose Trigger à son meilleur niveau, avec une animation toujours forte tout au long des deux premiers épisodes.

En fait, il n'y a pas eu un moment où nous avons pensé que l'animation manquait. De nombreux studios économisent leur budget uniquement pour les scènes les plus intenses ou primordiales de leur série, mais de la bataille incroyablement sanglante de la scène d'ouverture à la randonnée de David dans les rues difficiles de Night City, cela donne vraiment vie à la série.

Nous sommes adeptes de l'art d'arrière-plan dans l'anime, et les arrière-plans bon marché éloignent généralement vraiment de la scène principal car ils s'accordent mal. C'est le cas contraire de Cyberpunk: Edgerunner, avec le style de Trigger répandu partout sans baisse de qualité artistique on est plutôt bien servis, la question de savoir si les arrière-plans – et l'animation, d'ailleurs – tiendront dans les futurs épisodes est en suspens, mais a priori, le calibre de la série devrait rester constant.

Le cadrage des plans et de la cinématographie dans son ensemble adopte une approche plus réaliste, qui s'écarte un peu de la norme Trigger. Nous avons remarqué beaucoup de belles prises de vue, en particulier lorsque David se rend à l'Académie d'Arasaka. Bien sûr, CD Projekt RED est fortement impliqué dans ce projet et leur influence a certainement un impact important sur la manière dont Cyberpunk : Edgerunners est représenté à l'écran, mais cela profite à la série dans son ensemble.

Le moment où nous avons compris que cette émission allait être spéciale se trouve être vers la fin du deuxième épisode. Dans une séquence de beaux clichés combinés à de la musique réelle de Cyberpunk 2077, nous avons eu littéralement des frissons en admirant à quel point ce spectacle était magnifiquement bien fait.

Source - Traduction : Techraptor

Actualités netflix